Les Spécifications fonctionnelles des notices bibliographiques (en anglais Functional Requirements for Bibliographic Records, FRBR) sont une modélisation conceptuelle des informations contenues dans les notices bibliographiques des bibliothèques. Elles ont été développées par un groupe d'experts de l'IFLA (« La Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d'institutions est le principal organisme international représentant les intérêts des bibliothèques et services d'information et leurs utilisateurs. Il est la voix mondiale de la profession de bibliothécaire et de l'information. ») de 1991 à 1997, et approuvées en 1997 par le Comité permanent de la Section de catalogage de l’IFLA et publiées en 1998.

 

 

I.         Description

 

      Le modèle FRBR n'est pas une norme de notice bibliographique, comme les normes ISBD ou Unimarc, mais décrivent les informations d'une notice bibliographique d'un point de vue logique en utilisant le modèle entité-association. C'est un concept qui s'intéressent aux informations contenus dans les notices bibliographiques et fait entrer en relation les attentes et les besoins des différentes catégories des utilisateurs des catalogues, en intégrant les nouveaux formats de publication comme les documents électronique.

Le modèle FRBR a été défini pour donner sous une forme simple, précise et dans un langage compris par tous les notions principales sur laquelle doit s’appuyer la notice bibliographique et les renseignements attendus par les utilisateurs. Il est conçu comme un outil pour l'établissement de futures normes bibliographiques tout en fournissant des recommandations sur le niveau minimal de fonctionnalité et de spécification de données d'une notice bibliographique nationale. Il peut donc  être utilisé pour la description bibliographique de tous types de supports.

 

 

II.        Fonctionnement

 

      Le modèle FRBR explique la structure des catalogues en analysant les données bibliographiques qui sont alors regroupées en entités, qui sont elle-même divisées en attributs. Puis il établit les relations entre les entités et les corrélations entre les attributs. Il s’appuie sur les besoins des utilisateurs et en dégage donc les principales entités demandées, les attributs de ces entités et les relations entre ces entités. Celles-ci sont souvent présentes également dans les normes ISBD ou Unimarc.  .

 

            Ils organisent les différentes composantes de la description bibliographique (les autorités, les accès sujet et les informations sur le document proprement dites) en trois groupes d'entités reliées entre elles. 

 

      Le premier groupe se compose de quatre entités, les deux premières se basent sur l'aspect intellectuel du contenu et les deux dernières se reportent à l'enregistrement matériel du contenu.

      Œuvre (est prise comme une notion abstraite. Elle est l'équivalent de la notice d'autorité de titre uniforme dans les catalogues actuels) : par exemple,  Primo Levi, Si c’est un homme

   

            Expression (est une réalisation de cette création intellectuelle. Il n'existe pas d'équivalent dans les catalogues actuels) : par exemple, la traduction anglaise de Si c’est un homme, If This Be A Man, par Roger Pearson.

 

        Manifestation : (est la matérialisation d'une expression, il s'agit ici de l'objet éditorial) : par exemple, Si c’est un homme de Primo Levi, traduit par Roger Pearson, se manifeste par sa publication chez Penguin Books en 2004)

   

            Exemplaire Document : un exemplaire isolé d'une manifestation, en principe, les différents exemplaires d'une manifestation ressembles, mais chacun comporte des particularités le distinguant des autres (sa cote, ou un manque de page pour les livres anciens.) Par exemple, l'exemplaire de Si c’est un homme de Primo Levi, traduit par Roger Pearson, publié chez Penguin Books en 2004, se trouve à la bibliothèque municipale de Perpignan. Cet exemplaire se distingue de celui conservé à la BnF.

 

            Le second groupe d'entités correspond à la modélisation des personnes physiques ou morales qui ont une responsabilité dans le contenu intellectuel ou artistique, la production matérielle et la distribution, ou la gestion juridique des entités du premier groupe. Il y en a deux sortes : les personnes, et les collectivités.

Exemple : Tolkien, J. R. R. a créé l'œuvre The lord of the rings ; Ledoux, Francis en a traduit l'expression en français Le seigneur des anneaux ; C. Bourgois a publié en 1986 une manifestation de cette expression ; la BnF possède un exemplaire de cette manifestation sous la cote -Y2-95376.

 

Entités du groupe 1

Entités du groupe 2

relations

 

 

      Le troisième groupe regroupe des entités qui sont le sujet des œuvres : concept, objet, événement. La relation de sujet (par exemple, un événement est sujet d'une œuvre) peut aussi fonctionner avec le groupe 2 (une personne est sujet d'une œuvre, dans le cas d'un livre sur Zola) et le groupe 1 (une œuvre est sujet d'une autre œuvre, dans le cas d'un livre sur Germinal de Zola).

 

            Les entités des groupes 2 et 3 ont fait l’objet d’une description spécifique appelée FRAD (Spécifications fonctionnelles des données d’autorité)

Les entités ont des attributs. Les attributs des entités se répartissent en deux grandes catégories : les attributs inhérents à l'entité et les attributs forgés, extérieurs à l'entité. Ces attributs, tels que titre, forme, date, etc., correspondent aux informations qui apparaissent communément dans les notices bibliographiques des catalogues de bibliothèques. Les premiers sont des éléments distinctifs de l'entité, tandis que les seconds proviennent d'une source extérieure, comme les identifiants ou des informations contextuelles.

 

Œuvre : titre de l’œuvre, forme de l’œuvre, date de l’œuvre, …

 

Expression : titre de l’expression, forme de l’expression, date de l’expression, …

 

Manifestation : titre de la manifestation, mention de responsabilité, mention d’édition/numéro, lieu d’édition/diffusion, …

Document : identifiant du document, provenance du document, annotations/inscriptions, participation à des expositions, …

 

III.      Qualités et défauts

 

•          Selon le site de la Bibliothèque nationale de France, ce modèle apporte donc une

consolidation des acquis du passé en justifiant a posteriori les pratiques de catalogage.

La grande originalité du modèle réside dans la notion d'œuvre, qui permet de rapprocher par exemple un roman et ses traductions ou adaptations. Ce rapprochement reste le plus souvent implicite dans les catalogues de bibliothèques.

•          L’évolution vers le FRBR peut se faire selon deux grandes orientations :

- Transformer les SIGB actuels pour y ajouter la notion d’œuvre. Puis répercuter cette modification dans les interfaces de consultation des catalogues : on pourrait parler de « FRBRisation » des notices bibliographiques. L’œuvre devient un simple enrichissement de la manifestation.

- Réécrire de nouvelles applications en adoptant une modélisation FRBR de la base de données et en mettant en œuvre les recommandations du RDA pour la codification des données. L’œuvre devient le cœur du processus descriptif.

•          Proposer à l’utilisateur une interface spécifique dans laquelle l’œuvre est au centre de

 la description intellectuelle des expressions et manifestations dérivées.

•          Il factorise les informations communes à plusieurs ressources et réduit, en les

organisant, le nombre de réponses à certaines requêtes (exemple Worldcat, ne donne pas toutes les notices des différents exemplaires)

•          Il est compatible avec Internet et peut être utilisé avec le web sémantique

•          Plus orienté pour la description d’œuvres de fiction que pour d’autres types d’œuvres.

 

 

 

 

IV.      Utilisateur :

 

•          Worldcat utilise le FRBR. Il recoupe les différentes notices de plusieurs bibliothèques et propose différentes expressions d’une même œuvre. Il aborde de nombreuses manifestations et enfin différents exemplaires pour la localisation.

 

 

            Glossaire:

 

FRAD : Spécifications fonctionnelles des données d’autorité

 

FRBR : Functional Requirements for Bibliographic Records ou Spécifications fonctionnelles des notices bibliographiques.

 

IFLA : International Federation of Library Associations (and Institutions) ou Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d'institutions.

 

ISBD : International Standard Bibliographic Description ou Description Bibliographique Internationale Normalisée.

 

RDA : Resource Description and Access ou Ressources : Description et Accès

 

Sources :


 

http://en.wikipedia.org/wiki/Functional_Requirements_for_Bibliographic_Records

http://www.figoblog.org/document594.php

http://www.ifla.org/publications/functional-requirements-for-HYPERLINK "http://www.ifla.org/publications/functional-requirements-for-bibliographic-records" \t "_top" bibliographic-records

http://www.decalog.net/files/LivreBlancFRBR.pdf

 

Association des bibliothécaires de France. Le Métier de bibliothécaire, Éditions du Cercle de la Librairie, 2010